Comment savoir si je suis véritablement intolérant au lactose?

La réponse

L’autodiagnostic a ses limites : on a tendance à surestimer l’intolérance au lactose

Karine Gravel
La famille du lait
Karine Gravel Nutritionniste

Vous pouvez supprimer les produits laitiers de votre alimentation pour une période d’essai de 3 à 4 semaines, puis les réintroduire. Si les symptômes, comme les crampes abdominales et les ballonnements, disparaissent durant cette période et qu’ils réapparaissent lors de la réintroduction des produits laitiers, vous êtes peut-être intolérant au lactose. Mais attention, l’autodiagnostic a ses limites : on a tendance à surestimer l’intolérance au lactose, ce qui mène à des restrictions alimentaires inutiles.

Des tests peuvent être réalisés par une équipe médicale pour confirmer le diagnostic. Le plus courant est l’épreuve respiratoire à l’hydrogène. Durant ce test, on demande au patient d’ingérer une quantité précise de lactose, puis on mesure la quantité d’hydrogène dans l’air expiré. Lorsque le lactose n’est pas correctement digéré par le patient, ses bactéries intestinales produisent de l’hydrogène. Si la quantité d’hydrogène dans l’air expiré augmente de façon significative après avoir consommé du lactose, le patient est bel et bien intolérant.

Parmi les autres tests possibles mais moins courants, on retrouve l’épreuve de tolérance au lactose, la biopsie intestinale et le test génétique.

Sources :

  1. Atenodoro RR Jr. Intolérance au lactose. Le manuel Merck. 2018. Site consulté le 23 juillet 2019.
  2. Suchy FJ et coll. NIH consensus development conference statement: Lactose intolerance and health. NIH consensus and state-of-the-science statements. 2010;27(2):1–27.
Cette réponse a-t-elle été utile?