Quel est l’impact de la consommation de produits laitiers sur l’arthrose et l’inflammation?

La réponse

L’effet est différent auprès des personnes allergiques au lait.

Karine Gravel
La famille du lait
Karine Gravel Nutritionniste

L’arthrose peut se manifester par de la douleur et de l’inflammation dans les articulations. L’inflammation se produit quand le corps détecte une lésion de ses tissus et de ses cellules. Elle se manifeste par de la rougeur, de l’enflure, une augmentation de la température corporelle, de la douleur et une perte fonctionnelle.

Quel est l’impact de la consommation des produits laitiers sur cette condition? Il varie, selon plusieurs études.

Les produits laitiers peuvent avoir un effet neutre ou anti-inflammatoire, encore plus marqué lorsqu’on consomme des produits laitiers fermentés, comme le yogourt et le kéfir.

Par contre, si on est allergique aux produits laitiers, ces derniers provoqueront des effets pro-inflammatoires. On parle d’une allergie quand il y a une réaction du système immunitaire, et d’une intolérance aux produits laitiers quand ce n’est que le système gastro-intestinal qui est affecté et qu’il n’y a pas de réaction du système immunitaire.

À ce jour, aucune preuve concluante ne suggère que certains aliments pourraient aggraver ou améliorer l’arthrose. Il est plutôt recommandé d’avoir une alimentation saine, principalement composée de fruits et légumes, sans excès de matières grasses ou de sucre. Elle doit aussi inclure suffisamment de vitamine D, qu’on retrouve notamment dans le lait et les produits laitiers enrichis, car une carence peut aggraver l’arthrose.

Sources :

  1. Bordoni A et coll. Dairy products and inflammation: a review of the clinical evidence. Critical reviews in food science and nutrition. 2017;57(12):2497-2525.
  2. Kontzias A. Arthrose. Le manuel Merck. 2018. Consulté le 3 août 2019.
  3. Labonte ME et coll. Impact of dairy products on biomarkers of inflammation: a systematic review of randomized controlled nutritional intervention studies in overweight and obese adults. The American journal of clinical nutrition. 2013;97(4) :706-717.
Cette réponse a-t-elle été utile?